Le premier Volvo FH16 en Grèce

La crise de la dette grecque n'a pas épargné le secteur de la logistique. Malgré un contexte difficile, Marinos Vasilopoulos International Transport prospère.

Elias Marinos.

Elias Marinos, propriétaire de Marinos Vasilopoulos International Transport, a vu son entreprise survivre à la crise économique grecque et même prospérer.

La crise de la dette grecque n'a pas épargné le secteur de la logistique. Malgré un contexte difficile, Marinos Vasilopoulos International Transport prospère.

Voilà six ans que la Grèce est au bord de la faillite à cause de la crise de la dette. Alors que les banques prêtaient auparavant aux entreprises locales à des conditions avantageuses, les sources de crédit se sont taries. La situation économique du pays est très difficile.

Véhicule de Marinos.

Marinos Vasilopoulos International Transport exploite 62 véhicules transportant des produits alimentaires réfrigérés dans toute l'Europe.

 

« On ressent bien sûr les effets de la crise », déplore Elias Marinos, propriétaire de Marinos Vasilopoulos International Transport. 

Par rapport à 2008, le nombre d'entreprises enregistrées auprès de l'IKA, la principale institution d'assurances sociales du pays, a baissé de 119 000, soit une diminution de 38 %. 

Dans le secteur de la logistique, des centaines de sociétés de transport ont mis la clé sous la porte. Au milieu de cette récession dévastatrice, seules quelques entreprises sont parvenues à rester à flot, et même à croître : Marinos Vasilopoulos International Transport est l'une d'elles. Cette société de transport exploite 62 véhicules et achemine des produits alimentaires réfrigérés dans toute l'Europe. 

« La crise a contraint les sociétés de transport grecques à s'organiser parfaitement et à contrôler les dépenses pour survivre. C'est précisément ce que nous avons toujours fait dans l'entreprise. Nous avons toujours été très prudents, en nous développant progressivement et en privilégiant les clients de grande qualité. »

Implantée à Megara, à environ 50 kilomètres d'Athènes, l'entreprise a connu la crise, s'en est bien tirée et s'est même développée en acquérant cinq véhicules neufs entre 2008 et début 2014. Marinos Vasilopoulos International Transport compte désormais 15 véhicules Volvo dans son parc de 62 véhicules et vient tout juste d'acheter un tout nouveau Volvo FH16, une première sur le marché grec. 

Lorsqu'il était facile d'emprunter, certaines sociétés de transport grecques, attirées par des conditions de prêt avantageuses, ont acheté des véhicules supplémentaires comme symbole de prestige. De son côté, Elias Marinos a toujours attendu de recevoir une charge de travail suffisante avant d'acheter, afin de garantir que chaque nouveau véhicule roule à plein.

Notre prudence alors que d'autres dépensaient à tout va nous a permis de rester à flot lorsque la crise a frappé le pays.

Elias Marinos, propriétaire de Marinos Vasilopoulos International Transport

Elias Marinos.

Elias Marinos, propriétaire de Marinos Vasilopoulos International Transport.

Marinos Vasilopoulos a acheté son premier véhicule Volvo (un F12) en 1985, lorsque l'entreprise a commencé à intensifier ses missions à l'international. À l'époque, Dimitrios Marinos gérait l'entreprise et son fils Elias était conducteur. Voilà bientôt 30 ans qu'il reste fidèle à la marque, pour la qualité des véhicules Volvo et le solide partenariat tissé avec Saracakis Brothers, importateur et distributeur de Volvo Trucks en Grèce.

« On trouve bien sûr des camions d'occasion meilleur marché, mais les véhicules Volvo ont une grande longévité, même dans des conditions difficiles. La qualité se retrouve dans les moindres détails. C'est notamment le cas de la boîte de vitesses, qui est irréprochable. » 

Lorsqu'il évoque le nouveau FH16, le premier sur le marché grec, ses yeux scintillent. Il l'a acheté fin 2013, mais envisage déjà de s'en procurer un deuxième. 

Il n'a jamais été simple de gérer une entreprise de logistique en Grèce. Les routes y sont vallonnées et étroites, et les embouteillages sont très fréquents dans Athènes, la capitale de 3,8 millions d'habitants. Avec les liaisons par ferry qui relient la Grèce à divers pays et îles, il faut toujours arriver bien à l'heure, au risque d'accumuler les retards jusqu'au départ du prochain bateau.

J'aime la pression que l'on ressent dans ce travail, et j'aime résoudre les problèmes, C'est comme une partie d'échecs.

Elias Marinos, propriétaire de Marinos Vasilopoulos International Transport

La crise a exacerbé la pression forte qui pesait déjà sur les activités de transport. Des problèmes de liquidités contraignent de nombreux clients à reporter leurs commandes jusqu'à la dernière minute.

« Les clients attendent souvent d'avoir la trésorerie suffisante. À défaut, ils ne passent pas commande et ne confirment qu'à la toute dernière minute. »

Les cinq années de crise ont également changé le visage de la distribution. Alors qu'il faisait surtout travailler de petites entreprises familiales, ce marché est désormais de plus en plus dominé par des grandes entreprises. La concurrence fait rage entre les sociétés de transport à la recherche de clients solvables. La course pour attirer les grandes chaînes de supermarchés comme Makro et Voudouris, le plus grand producteur de viande de Grèce, a été rude. Il est donc indispensable de séduire et de fidéliser ces gros clients.

« J'aime la pression que l'on ressent dans ce travail, et j'aime résoudre les problèmes, rassembler toutes les pièces du puzzle. C'est comme une partie d'échecs », déclare Elias Marinos, grand amateur de ce jeu. (Un échiquier paré de pièces en or et en argent scintille dans le bureau.)

Le caractère âpre et souvent épuisant du métier ne le dérange pas. Son expérience de copilote dans les camions quand il était adolescent, puis de conducteur, lui a donné une vision de la vie et du monde du travail différente de ses pairs. 

« J'ai pu avoir une vue d'ensemble, et j'en ai retiré que la clé était de travailler dur. »

 

Volvo FH dans une ville grecque.

Au lendemain de la crise économique, la concurrence fait rage en Grèce, et il est essentiel de fidéliser les clients.

Le parc

Véhicules :  62 véhicules, dont 15 Volvo :

  • Un nouveau tracteur Volvo FH16 de 750 ch conforme à la norme Euro 5 en configuration 4×2 avec cabine XL.
  • Deux tracteurs FH16 classiques de 700 ch conformes à la norme Euro 5 en configuration 4×2 avec cabine XL.
  • Quatre tracteurs Volvo FH16 classiques de 600 ch conformes à la norme Euro 5 en configuration 4×2 avec cabine XL.
  • Huit tracteurs FH de 480 ch conformes à la norme Euro 5 en configuration 6×2 avec cabine XL.

Les véhicules sont pour la plupart équipés de l'I-Shift. 

Contenu connexe

Des véhicules plus légers pour une plus grande charge utile

Arclid Transport a besoin d'optimiser la charge utile et d'accroître sa productivité sur un marché où la concurrence fait rage. En investissant dans des solutions de transport spéciales associées à une formation conducteur, le gestionnaire de parc ...

Réapprovisionnement de haut vol

Le réapprovisionnement des avions en carburant requiert des véhicules spéciaux. Dans les aéroports russes, où l'équipement doit rester opérationnel y compris dans la neige et par des températures descendant jusqu'à -50 °C, l'ingénierie de pointe est ...

L'approche informatique

Savoir en temps réel où se trouvent vos véhicules et ce qu'ils transportent précisément est crucial. C'est ce qu'est parvenu à faire Ben van Leeuwen, de chez Frigolanda....

Filtrer les articles

5 true 5